Au bout des fusils

Stimultania invite la photographe documentaire Mélanie Wenger pour une exposition inédite.


« C’était l’été, nous étions tapies dans l’ombre et la poussière. Elle a parlé d’oryx jusqu’à ce que le gong résonne. Elle appelait ses séries « conservation » parce qu’elle racontait ainsi la complexité de la sauvegarde des espèces. Je ne savais rien alors du prix des têtes.

Elle avait travaillé sur le trafic d’ivoire au Zimbabwe et au Cameroun et elle avait rencontré Marty. Ils avaient partagé la brousse avec les éléphants, les braconniers et les rangers. Marty en avait déjà tués mais il voulait celui-ci sans défenses car le prix était meilleur. Ils avaient marché pendant des semaines et jeté des cendres dans le vent. Elle était restée. Etait-elle folle ? Plus tard, elle avait parlé de solitude. De son angoisse de ne pas en avoir fait assez. De liberté. Au Texas, en Afrique du Sud, en Colombie ou en Bretagne, elle avait mesuré la complexité des équilibres. Elle avait alors planté sa tente avec les contrebandiers, passé des nuits à regarder les hommes soûls tirer sur les lapins et une femme pisser dans son café. Elle avait publié ses images dans VSD et le Figaro magazine, édité un livre chez Actes Sud et était partie en mission pour National Geographic.

Elle a eu aussi des phrases de silence. Des phrases qui disaient que la femme avait, un jour, chaviré parce qu’elle ne pouvait oublier l’instant sublime où l’éléphant s’était effondré.

Rapidement, nous avons décidé de l’exposer ; jusqu’au dernier jour de l’année, tout était encore possible. La chasse nous semblait être un bon sujet, dangereux, certes, mais nous en avions l’habitude. » 

Céline Duval, directrice de Stimultania 

Mélanie Wenger est une photographe documentaire représentée par l’agence Cosmos à Paris. Diplômée de Lettres et d’un Master en journalisme, elle travaille dès 2011 sur la révolution libyenne et les migrations entre la Libye, Malte et la Belgique. En parallèle, elle développe une série sur le trafic d’ivoire et l’industrie des animaux sauvages au Cameroun, au Zimbabwe, au Texas et en Afrique du Sud. Elle suit des rangers, des braconniers, des chasseurs, fréquente les grandes foires internationales et les propriétaires privés. « Bush babies » est exposée à New-York et publiée dans VSD. 

Elle est la lauréate 2017 du Prix HSBC pour la Photographie pour sa série documentaire au long cours « Marie-Claude » exposée dans toute la France et publie une monographie du même titre chez Actes Sud. La série reçoit également le Prix du Jury du grand Prix Photographique de Bretagne en novembre 2017 à Morlaix.

Informations

Genre Visite, exposition
Mot(s) clé(s)
  • Engagement
  • Mort
  • Violence
  • Voyage
  • Habitat
Public à partir de 6 ans
Adresse 33 rue Kageneck
67000 Strasbourg
Accessibilité Oui
Date Du 12 octobre 2018 au 21 décembre 2018
Tarif individuel gratuit

Réserver

Seuls les référents de structures sociales connectés à leur compte peuvent effectuer des réservations.

vendredi 12 octobre 2018 au vendredi 21 décembre 2018
clôture des réservations dans environ un mois.
8 places