Festival EXTRADANSE - Alexandre Roccoli - Weaver Quintet

Depuis plusieurs années, Alexandre Roccoli développe une recherche plastique et chorégraphique sur des gestes artisanaux anciens, déjà perdus ou résistants à l’oubli. A travers les créations Empty picture (2013), Longing (2014), Weaver Raver (2015) et différents ateliers, le chorégraphe a ainsi réuni la matière d’une trame aussi visuelle que sonore sur le monde tisserand. Entre l’Italie, le Maroc et la France, Alexandre Roccoli a recueilli les témoignages de ceux qui perpétuent cette mémoire ouvrière, toujours plus menacée par l’automatisation des pratiques dans les sociétés industrielles.  Cherchant à « repriser » ces récits culturels — à les reprendre comme on les répare — Alexandre Roccoli croise dans Weaver les histoires d’ouvrières victimes de tarentulisme (un trouble nerveux qu’on attribuait à une piqûre d’araignée) ou de la maladie d’Alzheimer, deux formes de mémoire blessée. Pour la première, la maladie devenue danse folklorique (la « tarantella ») se fige dans une représentation édulcorée, qui en altère le souvenir, quand pour la seconde, les troubles mnésiques irrémédiables qu’elle produit empêchent la transmission de tout héritage gestuel. Weaver prend la forme d’un quintette dansé par trois interprètes (Vera Gorbatcheva, Daphné Koutsafti, Juliette Morel), accompagnées par une compositrice (Deena Abdelwahed) et une créatrice lumière (Rima Ben-Brahim). La création musicale est jouée en live à partir de matériaux sonores puisés dans la lutherie du métier à tisser (son cordage et sa boiserie), au cœur d'une musique mixte, à la fois instrumentale et électroacoustique.

Dans son prolongement, l'écriture chorégraphique adopte un principe de réitération : les paroles des ouvrières de la soie sont chantées en boucle, ponctuées de variations à base de polyrythmies syncopées. Ces dernières s'appuient sur les chants du Salento, accompagnant une danse d'autant plus scandée que la musique intègre des lamentos de La Terra Del Rimorso à cinq voix. La danse se tisse à vue et s'écrit de façon entrelacée. Les interprètes, croisant ensemble cinq décennies, se nouent les uns aux autres dans une tresse chorégraphique à cinq brins. Au coeur de ce tissu humain, chaque corps devient une fabrique à part entière qui prolonge le mouvement d'un autre. Weaver rend visible les histoires secrètes de ces mouvements artisanaux, logés dans la mémoire cachée des corps.

Durée : 55 minutes 

Informations

Genre Danse contemporaine
Mot(s) clé(s)
  • Travail
Public à partir de 14 ans
Adresse 1 rue de Bourgogne
67100 Strasbourg
Accessibilité Non
Date Le 10 avril 2018 à 19:00
Tarif individuel 3,00 €

Réserver

Seuls les référents de structures sociales connectés à leur compte peuvent effectuer des réservations.

mardi 10 avril 2018 à 19h00 Les réservations ouvriront le 10 mars 2018.